Ailleurs le vent se lève, léger, animant au sol des ombres mouvantes. La lumière se faufile, d'ici à là. Vient l'averse. Un arc-en-ciel enjambe un toit d'ardoise.

Sur la plage ensoleillée, le sable gifle les vacanciers aux mollets. Certains se lèvent, secouent leur serviette et entament une partie de pétanque.

Autre part, dans un jardin fermé, une rafale fait voler le couvercle noir d'une poubelle noire, le plaquant au mur de clôture pendant que s'envolent les idées noires.

Au même moment, la tempête fait mousser le bas des falaises en écume blanche, lève des vagues immenses dont la lumière verte déferle sur la lanterne d'un phare.

Enfin une tornade aspire de bas en haut les superflus, les recrache au ciel noir et les redistribue au petit bonheur la chance. C'est maintenant que commence l’histoire. La vie continue.