Sur le mur d'en face des ombres croisées, les projecteurs divergents et les projections dures. Pas de projet, les pierres jetées au carreau froid de l'incompréhension mutuelle. En toute inamitié hypocrite, les initiés liront l'inimitié dans le regard qui n'éclaire pas plus qu'il n'assombrit.

Juste un sens à inverser, à différer, juste indécence, éplucher couche après couche, et au cœur, rien, les restes éparpillés de l'étripé étudié, le mystère déshabillé, ses lambeaux épars, sans éclaircissement, l'ignorance reine et sereine. N'écoute pas la voix des sirènes. N'écoute pas les voix, ne les écoute pas.

La voie de fait ignorée, ce n'est pas la faute de l'oignon si tu pleures, pas la faute de l'oignon, pas la faute de l'oignon. La voie d'eau ouverte, et l'épanchement. Se taire. Se taire. Relever les digues et les barrages, se cacher, refaire ses pelures, épaissir. Épaissir son cuir et vivre mort. Vivre mort ou vivre écorché ?

Sur le mur d'en face des ombres portées en fausses rencontres, les corps à mille lieues l'un de l'autre, étrangers. Les voix qui ricochent mur à mur, les mots mêlés et diffus, les mots chevauchés, les paroles redites. Ce cœur qu'on entend battre n'est ni tien ni mien. Un chœur né de nos confusions et qui croit exister pour ce qu'il est, inédit. Inédite.

Échos en éclats et en tac au tac, mots en mitraille qui s'entremêlent et nous oublient, nos mots tissés et décousus, et nos vies n'y existent plus. Qui est celui qui parle ? Où est celle qui écoute ? Les bouches prennent langue et c'est la langue qui naît, la langue ne parle que pour elle, et nos voix sont perdues. Nos chemins emmêlés craquent comme le fil de nos peurs qui se nouent.

Tirer, jusqu'à la rupture, les cheveux de la connivence, séparer les enchevêtrés. La chouette ulule son cri désenchanté, la chevêche revêche triche dans la lumière, nos chemins de pénombre se troublent et disparaissent. Les ailes arrachées de l'ange et son sourire résigné, le soupir amer, et affleure une larme, un frisson d'amertume comme une eau citronnée.

La plume à l'aile de l'ange arrachée, piquée au sang noir de son cœur crevé.

Une plume d'ange déçu à l'encre des hideux.

Les chouettes meurent et leurs plumes se ramassent à l'appel.