C'est où ici ? Pis t'es qui toi ? Et comment tu t'appelles, dis, comment tu t'appelles ? Comment tu t'appelles ? Comment dis, t'appelles-tu ?

Répondre à l'appel en silence, répondre à la pelle en six langues. Pelletées une après l'autre sur peau de bois jetées. Peau de bois sur peau de bête, cuir contre cuir, et le boa peut se lover, froid contre toi. Boa sans toit qui boit sans soif, boit à ton âme, aspire dans ta prunelle limpide l'eau des tes cieux, jusqu'à la moelle. Le serpent t'évide, toujours plus froid, le serpent te prive de ce qu'il ne peut pas.

Les rayons chauds de tes yeux muent en glace, tu restes là, sans comprendre, et ce que tu vois vire au bleu, ce que tu regardes meurt de froid. Plus tu ouvres l'œil et moins tu y vois, Gorgone à ton cil se marre, tu foudroies ce que tu aimes, tu brûles les vaisseaux candides, et la défiance fait le reste. Le chat battu ne pardonne plus, l'éléphant n'oublie pas les épines de sa rose.

Ce que tu vois ne bouge pas, ce que tu regardes, ce que tu aimais sereinement te regarde et ne se défend pas. Et Gorgone ricane, et tu n'entends pas, comme elle hait ce qu'hier tu aimais. Gorgone assise sur ta tête te vide de toi, et vide autour de toi l'espace. Atours mensongers, et ta chevelure sifflante, c'est la sienne, sa langue darde entre tes lèvres comme cheveu sur ta langue qui zézaie.

Ce que tu embrasses, elle le mord et ça meurt, sans rien dire, ça s'effondre au pied du mur, les roses de sable fleurissent les étoiles comme le rire des princes perdus en font des grelots qui rient. Les étoiles saignent comme elles s'amusent, les muses figées à jamais comme à tous jours, au fur et à mesure, les déchirures sans merci et les minutes comme des heures à la seconde la seconde suintent leur venin comme acide.

Le temps se traîne comme pâment les roses, et les faces meurtries des carabosses brûlées vives n'en finissent pas de renaître de leurs cendres. Les fumées grises montent comme tabac froid de leur caboches mal rabotées, la tristesse s'étend, résignée, la morsure sur l'engelure, le cœur pincé entre deux ongles et qui couine.

Gorgone rit, cabotine, elle a encore gagné.