Panique sur les bords, panique à bas bord, panique à ras bord, panique à bord. Pique-nique panique, sur le pouce, virez les fourmis, au front. Le scarabée est mort, sonnez le natron, qu'on garde au moins les reflets. Au moins les reflets. Allez bouffer ailleurs. Allez bouffer autre chose. Laissez. Laissez vivre. Laissez vivre les morts. Laissez vivre les vies auprès des morts, laissez battre tranquille les ailes du scarabée, laissez luire. Laissez les vivants pleurer.

Même les immortels meurent, les dieux sont tombés, ni issue, ni secours, même pas l'obscurité chaude et rassurante. Le froid du néant, l'absence, le monde absent, l'absence au monde, et la prière. La prière en toute humilité, la prière pour dépasser l'incertitude, réparer, la prière à la minuscule, à nos petits dieux terrestres. Dieux mortels, on continue à s'agenouiller, par habitude peut-être, par détresse, tout ce froid. L'amour est une prière à l'univers, une prière pour ressusciter nos dieux morts, nos rêves. Le rêve, l'autre nom de la quête inachevée, de l'aspiration en fausse route, le rêve, l'autre nom de la déroute.

Pourquoi je tousse ?

J'ai avalé un truc de travers, quant à dire quoi ? Dire quoi je sais déjà pas, alors le pourquoi, tu vois, je vois pas. Si on se contentait du comment, hein, ça m'esquinte les quintes, je voudrais bien respirer. Laisse-moi me poser, un peu. Tire si tu veux, toute façon je courrai pas, j'ai plus le souffle. Il y a un scarabée, là, laisse-moi, un scarabée mort. Amédée, il s'appelait, oui ça se prénomme un scarabée. C'est pas compliqué d'avoir un prénom, suffit que quelqu'un se donne la peine de t'en confier un. C'est pas toujours cadeau, les prénoms, des fois c'est lourd à porter, l'identité. Je ne suis pas identique, Amédée, il était unique, il a été, il sera plus, jamais. Et puis j'aime pas qu'on me suive. Marche à côté, si tu veux.

Devant ? Tu veux marcher devant quoi ? Comment veux-tu marcher devant moi, faudrait que tu saches où je vais et même moi je le sais pas, je te suis pas, là. Je crois bien que je vais nulle part, où veux-tu ? S'agit d'être avant d'aller, et ça je ne sais pas si tu sais, je ne sais pas. C'est pas je qui mène la danse. Cépage. C'est pas de jeu, ces pages, il y a triche, là. Amédée a bougé.

Si, il a bougé je te dis, la photo sera floue, le flou du Râ. Ben oui quoi, le scarabée doré, celui qui ne dort pas, c'est Râ qui passe. Râ passe. Le scarabée doré  qui ne meurt pas sera, c'est comme ça.  C'était Râ, scélérat, la lumière a encore frappé, droit dans les yeux, je n'y vois pas. Je ne vois pas comment je pourrais suivre qui que ce soit sans y voir. J'ai dû suivre un scarabée sans me méfier, il m'aura enterrée. Les ténèbres. Le côté obscur de la farce. Ça me fait marrer, tiens, la mer se retire, regarde, on voit tout ce qui était caché. C'est pas sale, c'est juste une autre vie, enfouie, qui se dévoile à la lune et à la ramée, arrimée à ses rames, hure à rimer, porc au sol, dauphin d'eaux de souille, et je ne te parle pas des draps. Question d'angle, la lune a un œil crevé, ça fausse, pas la peine de te défausser.

C'est pas la faute des cartes si elles montrent pas juste l'endroit que tu voulais voir, surtout quand il suffit de lever le nez juste un peu au-dessus de l'horizon. Ou au-dessous, c'est selon, que tu as tête en haut, en bas, à l'envers, à l'endroit, selon le sens du vent et la direction du regard. Le silence à l'élan, en maladie honteuse, t'es tu, dis ? Qui t'a tu ? Qui te tait ? Qui t'es toi ? Quitter quoi ? La mer est vaste, larguer tout et les amarres avec, qui t'enterre ? Qui tance ? Quitus, la quittance est honorée, j'y vais. En vert et contre tousse, je toussais, aurais-tu oublié ? Je toussais. Jette pas tout. Le sirop c'est pour moi, l'addition, c'est un tout, en somme. La somme, Dédé.