Le roi est nu petit, le roi est nu, je sais, tout le monde sait. Le roi est nu, tais-toi. On a souvent tort d'avoir raison, la vie ne tient qu'à un fil, si tu tiens à la tienne, ne le lâche pas. Sois lâche, fais-toi anguille, esquive, sous roche, cache-toi. Tu ne fais pas le poids.

Gavroche est mort, le petit inconscient, chante, cigale, chante et couche-toi, dans le caniveau et dans ton propre sang, linceul rouge à la dérive, et le petit bateau en papier de l'enfance va à l'égout, comme il a toujours fait. Flot d'ordure, flot de sang, le flot est flot qui l'emmène, ça change quoi ? De la Commune aux fosses communes, vraie vacherie, peaux à trouer, vivre ou survivre. Nous en sommes revenus là. Nous y sommes. Louise.

Le roi est nu, les chiens sont armés, armées à la solde, mercenaires à la bottine à talonnettes de l'usurpateur. Le roi est nu et les votes sont planifiés, ordonnés, pré conditionnés, la machine à faire la démocratie corrigera toute déviance et crachera le nom qu'on lui aura dicté. La machine à démocratiser bâtit la dictature sous la dictée.

C'est démocratique, tout le monde en profite, et même ceux dont le vote n'a pas eu à être corrigé. La machine à voter imprime un scrutin sur ordonnance, sur commande, et même sur télécommande, quelques journaux télévisés pour préparer les consciences, la boîte à ennui lave plus blanc, ta cervelle va rutiler, qui plus est, elle élimine les votes erronés des citoyens dans l'aveuglement, désaccordés, et leur évite ainsi qu'à toute la démocratie le purgatoire de la liberté. Qui plus hait embrase sans étreindre.

Nous irons en enfer tout droit, et tous ensemble, tous ensemble, tous ensemble, ouais ! E-ga-li-té !

Fra-ter-ni-té ! Non, je ne rêve pas, l'oppression la fera revenir, c'est un réflexe de survie. L'individualité est un luxe qu'on ne peut guère se permettre dans l'adversité.

Le roi est nu, mais le royaume est sécurisé, souris, tu es filmé. Tous vedettes, tous stars, souriez. Il faut être content, le mécontentement est suspect, toute grogne affichée sera condamnée par anticipation. Principe de précaution. Tout condamné aura la langue coupée, la rogne sera muette pour éviter la contagion. Les hommes sans sourire seront arrêtés, mis en garde à vue sans mise en garde préalable. Ils ont interdit les lunettes noires, pour cause d'éblouissement obligatoire. Profitez du saint esprit de miséricorde du nain à talonnettes Hermès.

Le nain à talonnettes Hermés est partout son propre messager, les bottines souillées d'avoir foulé aux pieds les droits de l'homme et sans détour. La bouillie de gueux écrasés, ça tache, pour le sale boulot, penser aux guêtres. La haine. La haine chaque jour arrosée et entretenue va fleurir, ne te trompe pas d'ennemi, petit. Préserve-toi. Ils ont interdit les masques, souris, souris largement.

Je ne suis rien. Je ne suis personne, je ne sais pas. Assise au bord du trottoir, les deux pieds dans le caniveau, je sauve des rêves de papier, pour que flottent encore les bateaux blancs à la rue. Quand les Gavroche tombent je ramasse leurs refrains. On n'empêche pas plus les Titis de chanter que les merles de piller les cerisiers.

Gavroche et les merles, je ris jaune et je chante, faux, au ruisseau. Louise.